lundi 18 décembre 2017

47 ans au service de Swamiji, son maître jaïn


J'ai rencontré Sumitra pour la première fois en 2015. Chaque fois que je me rends à Chikkodi, je m'attarde au temple jaïn de Shanti Giri pour lui rendre une courte visite. Elle me reconnaît au premier coup d'oeil et elle s'empresse d'aller chercher un mélange épicé de sa composition, dont elle prend soin d'écarter les piments que je redoute. 

"Je m'appelle Sumitra. J'ai 80 ans. Je vis ici depuis 47 ans. Du vivant de Swamiji, mon guru, j'étais entièrement vouée à son service. Je préparais tous ses repas et je les lui portais un fois par jour. Mais cette nourriture devait être propre et pure, c'est-à-dire purifiée. Pour faire les repas, je devais aller chercher de l'eau en bas de la colline, parce que c'était de l'eau pure dont j'avais besoin pour cuisiner.  Plus d'un kilomètre et demi à parcourir, une ou deux fois par jour. Je portais la jarre d'eau sur ma tête ou sur l'épaule avant de remonter ici au temple pour préparer la nourriture. J'ai fait cela pendant 47 ans. Un dur labeur, et j'ai fini par ne plus pouvoir me redresser. J'ai travaillé comme un homme...

Ce n'est pas la quantité qui importait, mais la qualité. C'est la manière de faire, de servir le guru qui compte. Avec beaucoup d'amour et de dévotion... Ce que nous mangeons, c'est aussi de la nourriture spirituelle. Ce qui est important , c'est l'amour que nous mettons dans la préparation des repas. C'est cela qui est important...

Pendant les 47 années que j'ai passée ici, j'ai mangé uniquement ce que j'ai cuisiné. Rien qui soit venu de l'extérieur. Je ne suis jamais partie. Je n'ai jamais mangé ailleurs qu'ici. Je n'ai jamais mangé quelque chose préparé par quelqu'un d'autre. Seulement ce que je prépare...

Je me suis mariée à 15 ans, mais dès que j'ai eu 16 ans j'ai tout quitté pour venir me mettre au service de mon maître...Voyez cette photo: C'est Indira Gandhi, le premier ministre de l'Inde et là c'est Swamiji, mon guru. Je l'avais accompagné à Delhi, il y a plus de 50 ans...

Je crois à la transmigration des âmes, à la renaissance. Nous sommes des êtres vivants comparables aux animaux, aux arbres. Pour renaître il faut mener une vie pure, exempte de mauvaises intentions. Le bien et le mal font partie de notre vie mais nous devons toujours choisir ce qui est bon. Nous ne devons pas tuer, c'est la règle de l'ahimsa, la non-violence. La non violence à l'état pur. Dans la religion jaïn, on de doit pas tuer les animaux. nous sommes végétariens et nous marchons toujours pieds-nus. Nous fermons la bouche pour ne pas avaler d'insectes..."

Avec l'approche de quelques visiteurs de passage, nous quittons Sumitra en lui promettant de revenir l'année prochaine. Une femme simple et digne, qui a consacré sa vie à son maître qui a quitté cette vie il y a 17 ans. Elle lui voue encore une vraie dévotion, jusqu'à son dernier souffle.